Comment nous contacter

1 Par téléphone au 01 41 86 06 26
2 Par email à info@sacapp.com
3 Par fax au 01 41 86 06 10

Pour plus d'informations consulter notre FAQ ou écrivez nous sur le formulaire de contact.

Horaires d'ouvertures

Lundi au Vendredi de 9h à 17h
39 rue Fessart
92772 Boulogne-Billancourt Cedex

La baisse des prix de l’immobilier se poursuit

par / mercredi, 14 janvier 2015 / Publié dans Actualités

Selon les chiffres de la FNAIM et une récente étude de Century 21, la baisse des prix de l’immobilier ancien, constatée depuis 2012, s’est poursuivie en 2014 et se poursuivra en 2015. Un constat qui ne relève pas pour autant le volume global de transactions. La situation en quelques chiffres.

Après une légère baisse des prix de l’immobilier ancien enregistrée en 2012 (-1,9 %), suivie d’un nouveau recul en 2013 (-1,8 %), la tendance s’accentue en 2014 et le prix moyen au m² enregistre, au niveau national, un repli de -1,7% selon la FNAIM et -2,8% selon le réseau Century 21. Dans un article paru le 5 janvier dernier dans Capital.fr, Guillaume Chazouillères détaille : « À l’exception du Limousin où les prix des logements sont étonnamment repartis à la hausse (+3,7% en 2014), cette correction n’épargne aucune région. Toujours selon Century 21, l’an passé les prix ont ainsi baissé de 7,4% dans le Languedoc Roussillon, de 6,7% en Poitou-Charentes, de 5,6% en Auvergne, de 2,8% en Midi-Pyrénées et même de 2,6% en Ile-de-France… ». (cf. détails à la fin de l’article)

Dans ces conditions, les vendeurs se décident à lâcher un peu de lest pour trouver un acquéreur et c’est ainsi qu’en 12 mois le nombre des primo-accédants de moins de 30 ans a augmenté significativement (+9%).

Néanmoins, ces ajustements tarifaires ne sont pas suffisants pour relancer le marché. Selon la FNAIM, en 2014, 720.000 ventes de logements anciens ont été conclues. A peine plus qu’en 2013 et bien en deçà de ce qui pouvait se faire avant 2008 où l’on dépassait aisément les 820.000 transactions.

Comme le résume, Jean-François Buet, président de la FNAIM sur son blog, l’année 2014 a été une année « peu dynamique où les écarts de prix se sont creusés ». Et de compléter : « Le nombre de ventes est resté faible dans le parc existant et s’est effondré dans le neuf. Côté prix, si les villes à forte attractivité tirent leur épingle du jeu, les autres accusent un net repli, encore accentué dès que l’on s’éloigne du centre vers la périphérie« .

EN HAUT